• Patrice

Sur une petite plage, observons la nature humaine

Difficile de lire un livre dans le métro, bien qu'il ne s'y passe généralement rien de remarquable.


C'est pire sur la plage, alors qu'il y a une agitation débordante. Les plages bondées du sud de la France nous placent dans des zones où les espace vitaux des uns empiètent sur ceux des autres. Sonores, physiques, olfactifs et visuels, parfois gustatifs. Comme des Etats en conflit à cause de la nature humaine, celle d'une personnalité moins conciliante ou source d'agressivité.


C'est l'occasion d'observer ces humains, de les écouter et de réfléchir.


"Une petite plage bien tranquille" de Caroline Figuères

Livre chez "TheBookEdition"
Sous les rochers, la plage

Sous la forme de chapitres très visuels portant chacun une petite histoire, nous y sommes. Nous reconnaissons les personnages et les traits de caractères, les situations.

Nous avons droit à de beaux portraits, de beaux sujets traités avec humanisme et bon sens, sans prendre d'autre parti que celui du bien, contre l'absurde de nos actes.


Occasion de réfléchir sur le paradoxe de l'immense diversité humaine… qui pourtant retombe dans des cases. Comme si nous n'étions que les pantins que nous avons décidé d'être. Difficile à accepter, et pourtant…

L'histoire est souvent proche d'une aventure du petit Nicolas qui serait en vacances chez un Monsieur Hulot de notre époque. Parfois aussi nous nous sentons plutôt comme un réfugié sur une plage européenne.

Les dialogues sonnent très juste.

Et, à la fin, il y a un petit grain de sable qui semble raisonner. Et l'on réalise qu'il y a un gros grain de sable dans la chaussette du Monde : l'homme !

Posts récents

Voir tout