• Patrice

Nouvelles bio, cérébrales, génétiques et quantiques

Beaucoup de nouvelles sur le futur et la destinée humaine, baignées dans la science, qu'elle soit quantique, biologique ou génétique. Quasiment toutes rédigées à la première personne. Elles partent d'une situation originale et lui offrent des développements - hélas souvent trop courts mais c'est le problème avec les nouvelles. Il y a toujours un twist final, en général bien surprenant, parfois incompréhensible, nécessitant souvent de relire les deux dernières pages en ce qui me concerne.


Axiomatique de Greg Egan


Couverture de Axiomatique de Greg Egan
Recueil de nouvelles lu dans sa version livre de poche

C'est un recueil présentant une atmosphère homogène où nous sommes confrontés à des problèmes humains, des aventures très souvent internes (l'homme avec sa conscience) face à la technologie.

Classement totalement subjectif, en commençant par mes pépites, celles qui m'ont transporté ou interpellé :

L'enlèvement est peut-être la meilleure du livre. Très abordable, elle offre beaucoup d'étonnements et matières à réflexion. Elle traite des thèmes qui me sont chers et font l'objet d'au moins une nouvelle et d'un roman chez moi (non publiés, ne cherchez pas) : la copie / sauvegarde du cerveau et donc la préservation (ou non) de la conscience. Le final est en cela extraordinaire et constitue une belle prise de conscience - c'est le cas de le dire - de tout ce qui constitue notre humanité : la perception que nous avons d'autrui. Un must humaniste !

Elle trouve son prolongement dans une toute autre histoire "En apprenant à être moi", troublant jeu de réflexion sur le cerveau, la conscience et la personnalité. En utilisant la même technologie et ses développements, "Plus près de toi" explore le solipsisme et l'altérité. Passionnant sur le plan des idées, parfois trop confus dans la manière de les exprimer.

Eugène est… eugénique et euh… géniale ! C'est l'histoire hallucinée de la création humaine parfaite, absolue. Défense d'en dire plus. J'ai dû relire 2 fois le final pour être certain d'avoir bien compris.

Le coffre-fort m'a bouleversé par la solitude qui émane de cette situation inextricable : un homme se réveille chaque matin dans le corps d'un autre et il doit mener, pour la journée, la vie à sa place. Deviner qui il est, où aller, etc. C'est le genre d'histoire que j'affectionne, sur un postulat complètement improbable "et que se passerait-il si ?". 30 pages me semblent hélas insuffisantes pour traiter toutes les implications d'une telle situation, j'aurais aimé beaucoup plus. Elle n'en reste pas moins extraordinaire dans son traitement jusqu'aux dernières pages, que j'ai dû relire. Je suis assez fasciné par le questionnement final sur la conscience.

Lumière des événements : une nouvelle hyper-créative où l'on a découvert que l'avenir est déjà écrit. Emerveillement.

Un amour approprié : intéressantes spéculations sur la manière de sauver un humain dont le corps a été trop abimé après un accident. En gros : états d'âme et ressentis de sa compagne. Très fort.

La morale et le virologue commence très mal avec une attaque facile contre l'intégrisme religieux - et forcément, chrétien - voyant le SIDA comme la punition de Dieu. La suite est très bonne et passionnante.

Vers les ténèbres est une originalité qui joue sur les aspects quantiques et il faut croire ce que nous montre l'auteur, à défaut de chercher à comprendre. Si on laisse ça de côté, c'est une aventure originale qui rappelle un peu le roman "Isolation"

Et aussi…

Le point de vue du plafond est une histoire assez intéressante qui, de mon "point de vue", aurait pu ou dû finir différemment.

La caresse et sœurs de sang sont tout juste acceptables. Encore de la génétique et des histoires originales. L'intérêt réside en la dernière page, comme dans la plupart des nouvelles du recueil. L'auteur y délivre son twist final ou une petite réaction du personnage principal… que le lecteur comprendra ou pas.

Axiomatique, qui donne son nom au recueil, est de la même qualité que les deux précédentes, avec une tonalité plus cyberpunk. Une belle réflexion sur les implants et modifications de pensées. Rien de phénoménal.

Le P'tit mignon postulat de départ original, twist final un peu facile. Frustrant et peu fouillé.

Toutes celles que je n'ai pas décrites ne m'ont pas forcément déplu, les style étant toujours plaisants et intéressants, mais elle offrent souvent une chute abrupte, que parfois je n'ai pas comprise. Il peut s'agir aussi d'une nouvelle qui ressemble trop à une œuvre inachevée.

Par exemple "Les douves" (je ne comprends pas le choix du titre) ressemble à l'œuvre inachevée ou insuffisamment traitée. Nous partons sur différentes pistes intéressantes, mais rien n'aboutit et ce n'est pas la dernière page qui sauvera la nouvelle.

Posts récents

Voir tout