• Patrice

Expiration de Ted Chiang - Nouvelles techno-humanistes

Il s'agit d'un recueil de nouvelles dans mon genre de prédilection en matière de science-fiction : le "et que se passerait-il si… ?" dans lequel Ted Chiang excelle. Quel est son secret ? Une grande capacité à penser à tout. Au-delà de l'idée, du concept, il faut que tout fonctionne et que les questionnements du lecteur et les incohérence soient évacuées. Et il sera aussi nécessaire d'avoir un scénario pour mettre en valeur tous les éléments, en faire une belle démonstration, en somme.


Dans ce recueil, Ted Chiang offre plus de matière à réflexions qu'il ne raconte d'histoires.


Folio SF - Expiration - Ted Chiang
Plaisir d'une lecture d'été

Il ne conviendra pas à tous les lecteurs de SF. Il faut en plus apprécier la démarche scientifique, celle de la recherche et du travail méthodique. L'auteur balance souvent entre l'article scientifique et l'histoire. Il est indispensable de faire l'effort de comprendre la technologie ou la bizarrerie exposée.


La démonstration tourne à la prouesse car il aborde les conséquences humaines avec le plus grand soin. C'est en général pour nous offrir un plaisir immense de partager avec lui ces situations hors normes.

Petite sélection, en commençant par un paquet des quatre meilleures - ou plutôt celles qui m'ont le plus interpellé, fort différentes de celles qui ont été primées - mais sans tentative de classement :

L'angoisse est le vertige de la liberté

Jubilatoire d'un bout à l'autre. Une machine quantique nous permet de communiquer avec des mondes parallèles au notre, des branches de nos vies. Imaginez un peu l'inventaire des cas et des possibles. L'auteur nous offre une magnifique histoire, véritablement passionnante, doublée d'une réflexion sur le libre arbitre et la personnalité.

Ce qu'on attend de nous est un petit bijou de quatre page qui revisite encore le niveau temporel en évoquant le déterminisme, le libre arbitre. Lu deux fois pour être sûr de me délecter de chaque mot. Totalement fictif car partant d'un postulat de base peu crédible (en l'état actuel de nos connaissances) qui entraine des conséquences un peu folles.

Le grand silence est géniale et fort étrange. Et pour cause. Il s'agit des textes appuyant une exposition d'artistes. Passionnante réflexion sur l'absurdité de la recherche de civilisations extraterrestres alors que nous ne comprenons même pas les civilisations qui nous côtoient. La réflexion qui en ressort est celle-ci : les animaux sont des civilisations à part entière et nous ne savons pas les comprendre. Pis que ça : nous ne cherchons pas à les comprendre !

La vérité… est tantôt un traité, tantôt une chronique qui nous emmène dans un monde où l'on peut revoir les souvenirs filmés par nos yeux. Cela rappelle un épisode de Black Mirror mais ici l'auteur n'est pas obligé de faire dans le sensationnel. Il reste dans l'humain avec des problèmes de personnalité et de perception de la vérité. Le final est sublime et la réflexion de cette nouvelle est parfaite sur deux points : la nécessité de prendre conscience de l'impact des sauts technologiques comme l'écriture et les enregistreurs ; la manière dont nous nous percevons et nous agissons. Il a réussi à me faire reconsidérer certains points de ma personnalité. Objectif dépassé, et merci !

Le marchand… est bâti sur une ossature originale pour une approche tout aussi novatrice du voyage dans le temps. Le postulat est que rien ne peut être changé lors du changement d'époque, ce qui entraîne des histoires à dormir debout. A lire deux fois avant de sombrer dans des rêves dignes des mille et une nuits.

Expiration paraît pénible et ressemble à un traité de recherche. Ici nous sommes dans un monde peuplé de créatures différentes de nous, mues par un étonnant moteur. Même si la nouvelle n'émerveille pas à tout instant, elle constitue une prouesse de taille : établir un exposé des faits et des spéculations techniques totalement fictifs. Une technologie différente de ce que nous connaissons, pourtant basée sur notre physique (relativement simple à comprendre). Le résultat se tient et l'auteur nous emmène sur des chemins évoquant l'entropie. Magistral.

Le cycle de vie… est une belle novella #aiPunk et donc #cyberpunk. Il y a des métavers, des intelligences (pouvant s'incarner dans des robots) et des humains. La narration est plus proche de la chronique que du romanesque, les événements se déroulent sur plusieurs années et l'on peut avoir l'impression qu'on survole tout à grande vitesse, malgré la longueur du récit. Je ne suis d'ailleurs pas tout à fait d'accord avec un certain bridage des IA et leurs blocages évolutifs. Comme des applications, elles ont des caractères propres et des facultés (comme la capacité de lire) et auront du mal à évoluer, à monter de version. Il en reste néanmoins une histoire captivante en raison des situations et cas de conscience qui se posent aux humains.

Omphalos est une amusante histoire de pensée erronée en matière de sciences, lorsque la religion s'en mêle, ce qui ne fait jamais bon ménage. Je n'ai pas compris la morale qu'en tire l'auteur dans son explication finale (une page en fin de livre). Il y indique que si l'humanité était la finalité de la création de l'univers, nous devrions détecter une physique se comportant différemment suivant les situations. Obscur.

Posts récents

Voir tout