• Patrice

Changer l'eau des fleurs - la vie et ses péripéties plus fortes que la mort

Ce livre nous fait d'emblée penser à l'élégance du hérisson. C'est plutôt sympa et attaché à des métiers étranges (garde-barrière puis gardienne de cimetière) mais l'on se demande pourquoi il fait autant de pages. C'est la peur de l'ennui qui nous titille, probablement. La peur de sombrer dans un roman "féminin" à charge contre les hommes et qui risquerait donc de perdre la moitié de son lectorat en route et de nous faire sortir des bâillements à en perdre mâchoire.





Il est vrai que les hommes ne sont pas présentés sous leur meilleur jour, les rares personnages "bien comme il faut" n'étant pas intéressés par les femmes. L'esprit des femmes est plus fouillé même si nous avons le droit d'introspection dans plusieurs consciences - que dis-je, âmes !

Il y a un nombre idéal de personnages pour confectionner un délicieux bouquet où chaque fleur apporte sa touche à la composition et aux échanges amoureux constatés.


Et, pour casser l'ennui et installer le désir de tout lire d'une traite, il y a un mystère qui va nous captiver jusqu'au bout.

Pourquoi en dire plus lorsqu'il ne vous reste qu'à découvrir la vie particulière de ces personnes et de vous plonger dans des sentiments, des rencontres, des découvertes de faces cachées ?


Un petit bijou qui se lit bien, de savants dérapages pour rehausser une écriture qui aurait pu passer pour douceâtre et sait nous surprendre.


Me suivre sur Babelio (demandes d'amis acceptées) : lien vers la critique


Posts récents

Voir tout